La psychologie du Cyberspace

Publié: 10/06/2014 dans Pas vite lu
Tags:, ,

L’inconscient filtrant le nombre infini de possibilités de contacts qu’offre Internet, comment peut-il se faire que nous soyons étonnés de toujours rencontrer le même type de personnes… Qu’à mesure que le phénomène se développe les communautés ne se mélagent guère, sinon justement pour se faire la guerre…accro_internet

A quoi nous servent ces mondes virtuels au delà de pouvoir se faire son propre programme de saine information parce qu’auto-administrée, libérée du joug mainstream et de ses commanditaires (libération partielle voire illusoire comme chacun sait nul n’est libre quand il réagit) : ne serait-ce pas une surprise party déguisée et permanente où flirt, provoc’ d’attention et se pavaner sont trois mamelles à quoi nous nous pendrions goulûment ?

Si le cyberespace est vécu comme un monde intrapsychique, les avatars d’autrui sont vécus comme des êtres intérieurs, ce qui peut expliquer la facilité à faire  » l’acting-out  » de sentiments inconscients à leur égard. Le Cyberspace est alors comme la mise en scène moderne de nos fantasmes.

De là à vouloir en faire advenir un mouvement collectif il y a quelques écueils convenons-en. Et la malice de nos dirigeants d’en finir avec la liberté d’expression n’est tout simplement, peut-être qu’un garde-fou à l’interface définitive, à l’oubli du corps et de ces choses qu’il devrait savoir faire et qui ne servent manifestement plus à rien…

Nous nous faisons beaucoup de mal à dévier du monde réel, si ça se trouve.

Comme tous les masques, les avatars cachent et révèlent tout à la fois..

Et les mondes virtuels constitués par une blogroll, une thématique, des jeux vidéos, accessoirement quelques programmes télé sont-ils des substituts à la vie ou des compléments ? Y-a-t-il possiblement une dialectique travail de sape sur le long terme, un phénomène de phagocytose qui prend plus ou moins son temps selon que nous sommes jeunes, vieux, occupés par ailleurs ou enchaînés au clavier, indifférents aux pauses café entre collègues, et sur un poste à la vacuité coupable mais bienvenue… (?)

La vie en-ligne n’est-elle pas une illusion artificielle déconnectée du monde  » réel  » malgré que ces informations capturant nos attentions en viennent possiblement pour une très large part ?

Elle est une vue alternative sur la réalité individuelle, quelque sorte de rêve lucide et qui, s’étoffant de ces autres internautes, gagne en pouvoir sur nos conduites existentielles en traçant un espace commun, quoiqu’hors du temps commun.

La communication désincarnée mène de nouveaux paradigmes, bien souvent au détriment du message que chacun élabore en son sein, tout à sa projection, à son transfert, en cela l’information alternative, les oeuvres dissidentes (Hollande démission) doivent restées impunies, exemptes de toute censure, mais aussi de toute prise en compte chez ceux qu’on voudrait voir nous entendre… Le trou noir de la réacosphère. C’est triste mais s’il démissionnait nous n’y serions pour rien. Et quand je dis nous, je me comprends.

Fortement inspiré du lien ci après, une antiquité, mais avec de beaux restes,

Stéphane Barbery : John Suler, La psychologie du Cyberspace.

Du même auteur, quelques préceptes d’avant-guerre :

Lanfeust de Troy, à mettre entre toutes les mains.

Lanfeust de Troy, à mettre entre toutes les mains.

A l’époque le Troll n’était pas sorti des BD de Lanfeust, le chieur était majoritairement un adolescent frustré, acronyme english SNERT, je préfère le français MAF, M pour morveux. Il a grandi, désormais Troll donc.

L’anonymat peut être ressenti comme un manque d’identité. Or quel sentiment a-t-on lorsque l’on débarque dans un monde virtuel : celui de n’être personne, d’être totalement anonyme.

Frustré de ne pas être reconnu ni d’avoir une place au sein du groupe, le nouveau venu pourra exprimer cette frustration par un comportement antisocial afin d’avoir le sentiment d’avoir un impact, une influence –même négative- sur les autres. Ce n’est pas sans rappeler l’enfant ignoré qui pour attirer l’attention de ses parents, se met à faire des bêtises.

L’être humain préférera toujours avoir une relation même négative avec autrui plutôt qu’aucune relation. L’indifférence étant une chose difficile à supporter, tout sauf çà est une constante humaine.

Les chieurs rejettent parce qu’ils se sentent rejetés.

Il suffira, pour certains, de les intégrer en leur montrant la possibilité qu’ils ont à faire partie du groupe et à y trouver une place, une identité, pour que leur comportement négatif cesse.

Les chieurs ne font souvent que tester les limites. C’est pour cette raison qu’ils ont besoin de quelqu’un qui réagisse. Ils veulent voir jusqu’où ils peuvent pousser le bouchon avant d’être pris. En général, ils se soumettent facilement à la loi lorsque l’autorité tombe sur eux.

Une partie d’entre eux est même rassurée par le fait qu’ils ne peuvent pas tout faire. Il se projettent en effet parfois sur leur victime et vivent comme angoissante l’idée d’être agressé comme ils agressent. Ils testent les limites parce qu’ils veulent que quelqu’un les posent.

Certains utilisateurs cherchent délibérément à se faire déconnecter. Le gain masochiste de cette attitude auto-destructive est d’être à l’origine des conditions de sa déconnexion, d’en être presque l’auteur. Une fois déconnectés, ils ont le sentiment d’être justifiés de rejeter la communauté qui les rejette.

Vous voulez savoir de quelle intensité de chieur sont vos Trolls , la suite est ici. Attention, 1998, belle science humaine tout de même.

 

 

[Tags keyword Cyberespace Avatar Anonymat Don’t feed the Troll bannissement agression pollution dépollution modération internet desinhibe Barbery Psy Chieurs comment faire]

Publicités

Te gêne pas, si je réponds pas c'est qu'internet a cessé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s