Qu’importent vos pensées dans le monde actuel, aucune ne mène à l’acte

Publié: 11/07/2014 dans Pas vite lu
Tags:, , , , , ,


Mon bon ami ma BlogRoll est vraiment super, encore faut-il prendre le temps de la parcourir. Et donc accepter que tout ne puisse s’y inscrire, tout comme, également, que mes lectures ne fassent pas toutes l’objet d’une publication, ou d’un commentaire ; en un sens c’est triste, dans un autre il y a les autres. Le monde est ainsi biaisé.

 » La révolution personnaliste n’est pas née de l’enthousiasme, mais d’une redoutable lucidité. »Roooooooo, billet obligatoire.


Merci au 4ème singe qui met à l’honneur un penseur que je ne connaissais pas, et il doit s’en trouver encore bien d’autres… un de moins toujours !


Mon bon ami Fadounews aka 47 LHDDT, lui m’a prévenu, refaire le monde laisse tomber trop de boulot, et je dois bien avouer qu’il est loin d’avoir tort. Bernard Charbonneau a fait une grande part du boulot, je me propose modestement de vous extraire quelques bribes de cet article, et vous donner envie qui sait, de lire l’original, voire d’approfondir en rendant les bouquins de ce Charbonneau obligatoires au programme d’un ou deux écoliers de vos relations. Si c’est pas un peu sadique à l’ère des tablettes supports du diable de ses jeux. 


Où l’homme a-t-il appris à poser les questions, j’aimerais bien savoir… Il a ce petit côté « à quoi bon bandes de nazes » que j’apprécie bien, je le cite, ce sera plus simple :


Le drame est précisément qu’il n’y ait point le crime d’une mafia mais une vaste lâcheté anonyme. Quel démon aurait pu inventer l’oppression intérieure de la presse et de la publicité ? Quel est le responsable de la tyrannie subtile de l’argent ? Aucun de nous. Nous tous. Qu’importent nos rêves furieux, ce désir charnel de chefs, de camaraderies qui nous échappent. Ce que nous prenons pour notre combat, ce n’est que la course précipitée des forces abstraites qui nous entraînent.


Un ancêtre donc, on l’aime bien déjà, parce qu’on est pas dupe, s’il est dur c’est parce que la guerre est déclarée de longue date et qu’il faut frapper foutument fort pour réveiller quelqu’un désormais… Franchement l’ironie comme dernier et fragile rempart avant le dégoût total c’est la première fois qu’on me la fait. Et je trouve çà assez bien balancé. Malheur, quelle fulgurante lucidité :


Nous savons les plus purs d’entre nous infectés, car même au fond de leur misère, beaucoup d’ouvriers ne voient la révolution que comme une accession au Paradis perdu du confort bourgeois.

Repenser notre civilisation: Bernard Charbonneau.

jean-marie-le-pen-president-d-honneur-du-front-national-donne-une-conference-de-presse-a-paris-le-22-avril-2014_4888271Le bouquin qui s’appelle le changement doit mériter un peu mieux que les deux extraits…Alors voilà

Et qui sait si le sort de la planète ne mériterait pas qu’on fasse crever de faim quelques milliards de citadins. De faim ou de maladie, pas vrai Jean-Marie 😉

Cet excellent blogueur nous le répète, H16 également, mais que ça ne vous empêche pas de prendre quelques vacances non plus. A la la c’est pas simple tout çà.M’enfin si vous l’en croyez pisser dans l’arrosoir règle pas mal de soucis

Publicités

Te gêne pas, si je réponds pas c'est qu'internet a cessé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s