Une terrible gueule de bois, en cours de lecture mais prometteur …

Publié: 25/08/2014 dans Brèves du Net
Tags:, ,


L’Âge de pierre a dû être un bon deal si l’on en croit les dernières découvertes anthropologiques. C’est la raison pour laquelle nous nous y sommes complus pendant plusieurs dizaines de milliers d’années, une période longue et heureuse, comparée aux 200 dernières années de notre cauchemar industriel.

 

Une terrible gueule de bois, La Machine-Travail-Planétaire, …. Si vous m’en croyez dans le dernier tiers de la chose les trois deals peuvent se lire indépendamment du reste. Du reste ce petit passage est vraiment méchant, vous me voyez ?

Chacun de nous est une partie de la Machine-Travail Planétaire, il est la Machine. Chacun de nous la représente face à l’autre. Que nous soyons sous-développés ou pas, salariés ou pas, artisans ou employés, nous servons ses desseins. Là où il n’y a pas d’industrie, elle produit des ouvriers potentiels à exporter dans les zones industrielles. L’Afrique a produit des esclaves pour l’Amérique, la Turquie des ouvriers pour l’Allemagne, le Pakistan pour le Koweit, le Ghana pour le Nigéria, le Maroc pour la France, le Mexique pour les USA. Les zones non touchées servent de décor au commerce touristique international: les Indiens dans leurs réserves, les Polynésiens, les habitants de Bali et les Aborigènes. Ceux qui cherchent à échapper à la Machine remplissent la fonction de pittoresques ‘outsiders’ (clochards, hippies, yogis). Aussi longtemps que la Machine existe, nous nous trouvons tous à l’intérieur. Elle a détruit ou mutilé presque toutes les sociétés traditionnelles ou alors elle les a conduites dans une situation défensive et démoralisante. Si tu cherches à te retirer dans une vallée lointaine (là) pour y vivre tranquillement du produit de tes cultures, tu seras toujours repéré par quelque collecteur d’impôt, agent de recrutement ou flic (et là …).


De là à penser que c’était mieux avant, y’a pas loin du fruit pourri à la distillation. Je suis arrivé à ce texte sur les ailes d’une promesse de bouquin Bolo’Bolo estampillé « pragmatopisme » autour d’un pdf qui en trace les idées forces, et pour une vie se préparant à l’après capitalisme, dans les années 80 (où qu’on voyait pas bien le virage de l’agroalimentaire et du plastique pour tous, et partout…)


M’enfin c’est de l’histoire, un peu longue apparemment.


5000 ans de civilisation et 200 ans de progrès industriel accéléré ne nous ont laissé qu’une terrible gueule de bois. L »économie’ est devenue un but en soi qui est en train de nous avaler. L’hôtel terrorise ses hôtes. Mais nous sommes à la fois l’hôtelier et les clients de cet hôtel. L’hôte et ses hôtes.

 

A noter que j’y ai retrouvé cette idée de fixation dans le présent « nous sommes englués dans » qui m’avait bien plue dans la magistrale démonstration de la belle époque que nous vivons chez « les nouvelles du futur » : son fatal et original Captalisme qui fait braire…

Publicités

Te gêne pas, si je réponds pas c'est qu'internet a cessé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s