A mes heures perdues je bouquine et comme il se trouve que je suis soumis à une intermittence de la connexion internet je trompe le manque en téléchargeant quelques pdf. Dernièrement j’ai appris ce que l’Adobe, et j’en suis resté, quoique pas trop longtemps quand même, comme deux ronds de flanc. Voyez que ça peut éventuellement servir au Scrabble mais quand même pas rapporter bézèfe.


Parallèlement à mes recherches de l’information perdue, je ne vote pas, tendance lourde à l’idéalisme, le monde est suffisamment compliqué pour qu’on fasse l’économie de quelques certitudes. Voter ce n’est ni un droit ni un devoir, c’est une mascarade, un piège à cons comme l’a bien expliqué l’ami Sartre, figurez-vous que le lien que je m’apprête à vous vendre le rappelle.


Adepte des vocations sur le tard et de la jouissance abusive j’ai depuis trop longtemps décidé de ne pas perdre ma vie à la gagner et c’est par le truchement d’un pot fétide que je suis parvenu jusqu’à l’âge avancé d’une quarantaine qui mêle cahin caha, solicharité familiale, impéritie, irresponsabilité, JAF, ingratitude, menfoutisme et impécuniosité. Autant dire que mes conseils de lecture valent de l’or et que je vous raconte çà en préambule d’une possible et très prochaine disparition !!


Ce n’est pas faute de chercher de temps en temps des moyens de rédemption mais, au registre des certitudes ayant permis pareil forfaiture sociale, il y a celle-ci que je ne considère pas les religions mieux que le vote.


Brisons-là les épanchements dévoilants j’ai accédé au conseil de lecture de les Chroniques de RORSCHACH, tout bien informé, et volontaire, que c’est un peu long. Quelle belle soirée ventée j’ai passée à me bouffer çà intégralement. Un bien bel entretien qui a ceci de sympatoche qu’il a lieu 8 mois avant l’élection de Normal 1er. S’y dévoile la vérité crue sur l’imposture des économistes, surtout de France et méchamment avouée elle s’accompagne de l’étonnant constat d’un incompréhensible statu quo, l’absence du moindre tirage de conséquences. Cette lecture fait échos à un autre pdf, de 516 pages celui-là, dont je vous dirai deux mots si je le sens, en toute fin de billet, m’a tout l’air d’être long pour le plaisir !


Mais d’abord ce bon Lordon, passez donc par chez ROR si vous sentez que ma prose dessert ou alors suivez-moi mettre à votre avant les parties de l’entretien qui touchent à l’impossible révolte des peuples ; dans l’espoir évidemment de la révolution d’un seul brin de paille…


Ce Lordon est un type posé et véritablement surinformé comme il y en a quelques autres, je suis content de l’avoir lu, et si internet m’est encore permis j’irai voir avant longtemps l’avancée des médiatisations de ce Monsieur. Ben tiens ! 


Un premier copier coller, ce qui est en jeu c’est la France et la mise au rencard de toutes les classes politiques sans passer par la Charia. La question fin de page 11 est triple :


Il y a quelque chose d’assez « fou », d’assez ahurissant dans tout cela, dans notre incapacité collective à arrêter la catastrophe en cours. Est-ce que le qualificatif de « suicidaires », appliqué aux « élites » politiques et économiques, est approprié ? Comment une telle hybris est-elle sociologiquement possible ? Comment se fabriquent des élites aussi folles ?


Si vous me posez ces questions je répondrai non, c’est quoi une hybris, et pour la troisième : en votant pardi ! Mais ce Monsieur est un peu mieux renseigné, forcément il fait une réponse en trois pages et tout à fait succulente vers la fin de quoi il y a çà :


[…]ceux qui aujourd’hui « entrent dans la carrière » n’ont pas d’autre horizon intellectuel que la réplication servile (et absurde) des méthodes du privé (d’où par exemple les monstruosités du type « RGPP », la Révision générale des politiques publiques), ni d’autre horizon personnel que le pantouflage qui leur permettra de s’intégrer avec délice à la caste des élites indifférenciées de la mondialisation.


Il est particulièrement méchant avec les impuissants de l’écran plat en livrant sa vision du drame de l’époque :


Voilà le drame de l’époque : c’est qu’au niveau de ces gens qu’on continue à appeler – on se demande pourquoi tant leur bilan historique est accablant – des « élites », il n’y a plus nulle part aucune force de rappel intellectuelle susceptible de monter un contre-discours. Et le désastre est complet quand les médias eux-mêmes ont été, et depuis si longtemps, emportés par le glissement de terrain néolibéral ; le plus extravagant tenant à la reconduction des éditorialistes, chroniqueurs, experts à demi vendus et toute cette clique qui se présente comme les précepteurs éclairés d’un peuple nativement obtus et « éclairable » par vocation.


On aurait pu imaginer que le cataclysme de l’automne 2008 et l’effondrement à grand spectacle de la finance conduirait à une non moins grande lessive de tous ces locuteurs émergeant en guenilles des ruines fumantes, mais rien du tout ! Pas un n’a bougé !


Par suite Duhamel, Jean Quatremer, Bernard Guetta, Nicolas Baverez se font vertement calebarder ( le slip remonté aux oreilles à l’huile de coude par un tiers mal embouché) avant de conclure :


Voilà le monde dans lequel nous vivons, monde de l’auto-blanchiment collectif des faillis.


Quand vous avez un type pareil sous la main c’est un peu, passez moi l’outrance comme si vous pouviez poser une question à Dieu, sans blasphème possible, lisez plutôt !


Comment comprendre aussi que ce qui arrive ne produise pas une indignation ou une colère plus importante encore, plus déterminée, plus organisée ? Il y a à l’oeuvre comme une « fabrique de l’impuissance », dont l’efficacité surpasse, jusqu’à maintenant, notre capacité à transformer notre indignation en puissance d’agir collective. Quels sont les ressorts de cette fabrique de l’impuissance ?


Jusqu’à maintenant…, elle est bonne celle-là ! Vous êtes rendus à la page 15 et la réponse de Fred Lordon tient alors en deux pages. Croyez-moi comme l’a écrit ROR, vous DEVEZ lire. Et garder en mémoire que le propos est d’avant « le changement c’est maintenant », mais son résultat nul quasiment prédit. L’homme est inspiré de rappeler qu’accoucher sans douleur est contre nature :


C’était une rude leçon de réalisme politique que Bourdieu, ici très spinoziste, avait donné en rappelant que dans l’Amsterdam du XVIIe siècle, les bourgeois s’étaient décidés à financer des infrastructures de tout-à-l’égout lorsque le choléra, tout à fait oublieux des barrières de classe, avait commencé à emporter leurs enfants.


Un économiste, vraiment ?


Il en va donc probablement des eaux du chômage comme de celles chargées de miasmes : il faut que le niveau ait suffisamment monté pour venir importuner les dominants et les décider à remettre en cause leur propre système, dès lors que celui-ci devient trop directement attentatoire à leurs propres intérêts…


Une petite dernière pour ceux qui sont encore là :


À constater le degré de verrouillage d’institutions politiques devenues absolument autistes et interdisant maintenant tout processus de transformation sociale à froid, je me dis aussi parfois que la question ultra taboue de la violence en politique va peut-être bien devoir de nouveau être pensée, fût-ce pour rappeler aux gouvernants cette évidence connue de tous les stratèges militaires qu’un ennemi n’est jamais si prêt à tout que lorsqu’il a été réduit dans une impasse et privé de toute issue.


J’ai lu quelque part qu’à empêcher les révolutions pacifiques nous rendons inévitables les révolutions violentes, j’ai malheureusement le sentiment que le peuple Français et un peu plus largement le problème de l’Europe vieillissante se traîte par la déstabilisation tous azimuts, « le roll back agenda » des acquis sociaux et le pourrissement sur pieds. Merde, c’est moche. Du coup je vous fais juste savoir qu’apprendre le mandarin c’est franchement pas la pire des idées que vous puissiez donner à vos enfants en âge de croire en l’avenir mais plus au père noël. Consulter le réveil du Dragon de Vincent Gouysse (2010), ça c’est pour vous : un excellent pdf de 516 pages. De quoi égayer les longues soirées de l’hiver qui vient, y’a des chapitres pas folichons mais d’autres qui vous sortent un peu de la propagande Européisto-carbocentrée. A la page 123 par exemple, nous apprenons que :


[…]la ministre française de l’économie ajoutait qu’il était « vital » de travailler sur un calendrier de sortie des plans de relance en veillant particulièrement à « gérer avec prudence la frustration des citoyens pendant ce processus ».


V.G : A noter que cette dernière et très instructive remarque ne figurait pas sur le communiqué de presse de l’Agence France Presse, mais seulement sur celui de l’Agence Chine nouvelle (Xinhua), décriée par le lobby occidental Reporter sans frontières (RSF) comme « la plus grande agence de propagande du monde »…Une preuve supplémentaire qu’en matière de propagande, de désinformation et de non-dits, les médias des pays impérialistes en déclin (ndb mention récurrente et prisme de lecture tout à fait pertinent) n’ont aucune leçon à donner à  leur concurrent chinois : chacun arrange sa petite sauce médiatique selon ses propres intérêts !


Djefbernier : contient tout un tas de phrases, de chiffres, de courbes, de tableaux, pour tout dire d’informations qu’ont est malheureusement pas encore des robots et que je ne vais pas m’amuser à vérifier, mais qui coïncident assez bien avec ce que dit l’heureux dresseur de torts @ fadounews.com. Mon conseil inutile et gratuit : Dites CRIBS et lisez-le avec un bon alt+Tab, .doc, et copier-coller en raccourci clavier.

[Tags Keyword Apathie, Peuple, Agenda, Marche Forcée, Elections, Régression Sociale, Seuil de Tolérance, Chine, Dragon, Réveil, Tremblements, impérialisme, Routourne, Ribéry, poilade minute, Youtube, Y a pire, dommages collatéraux]

Publicités
commentaires
  1. […] Pour les  plus calmes, dont je suis, vous avez çà trouvé dans les commentaires de l’excellente Aliocha. Et ça tombe vraiment bien d’avoir d’abord passé un moment à potasser l’oeuvre de Fred Lordon vu que maintenant on sait ce que veut dire Hybris. […]

Te gêne pas, si je réponds pas c'est qu'internet a cessé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s