La branche aussi tombe rarement loin de l’arbre

Publié: 02/01/2015 dans Brèves du Net
Tags:,


Voilà bien quelques jours, chemin faisant, je me dis que dans le tourbillon des réseaux il est bien quelque abonné à se demander ce que Djefbernier fabrique dans « sa » vallée Tahitienne en bisbille foncier avec le Territoire (c’est comme çà qu’on appelle l’administration maohi). Permaculteur en herbe que ne blogues-tu plus souvent un pti rapport d’activité ??


Oui donc d’abord, comment vais-je : mes aptitudes physiques ont eu maille à partir et fort à faire avec le chikungunia, la météo de saison (très arrosée), la montagne, l’assiduité et les fêtes, hebdomadaires comme chacun sait. Les uns dans les autres chacun mérite à l’aise un billet, j’ai bien maigri. La faute aux rivières de sueur. Que d’aventures, vil égoïste, il se fait que j’ai tout gardé pour moi ; pas seulement parce qu’il n’est pas bon de trop se regarder le nombril à l’oreille d’inconnus. Devant l’immensité du pari qui me fait face pondre du texte m’apparaît un tantinet dérisoire, mais on n’est pas des machines c’est l’occasion de faire relâche. Au quotidien internet c’est loin et je me figure que moins j’y touche, moins j’ai envie, c’est mal je sais j’ai honte. D’un autre côté, d’un autre côté, je prépare l’avenir de ma tribu loin des grandes oreilles…


Ce jour c’est une occasion spéciale. J’ai eu le bonjour de la branche de Frakata. Il s’en est fallu d’un cheveu que ce soit sur la tête qu’elle ne me cueille. Et dire que j’attendais qu’elle tombe ; à priori au meilleur endroit pour saisir le spectacle.

~ Qu’est ce que tu foutais là ?

Bonne question, merci de me la poser : c’est que pour construire ma cabane il me faut des poteaux. J’en ai mais ce n’est pas du premier choix et au cours d’une promenade j’ai découvert six miconias bien hauts, bien droits, aux troncs couverts de mousse verte, gage d’extrême solidité. Et j’aime les mezzanines. En un coup d’œil j’ai su que j’allais abattre le tout, à la chaîne et pour la bonne cause. Rien n’étant parfait la zone de coupe est un peu loin du chantier, qu’à cela ne tienne, j’ai préparé le chemin. Qu’est ce que c’est lourd comme bois, une grosse grosse densité, je ne me suis douté de rien !!


Tout pour que le transport soit facilité s’est avéré être une bonne idée, je m’en suis félicité, ce n’était pas du luxe avec toutes ces lianes qui maillent la pente.


J’ai comme de juste sué à grosses gouttes, moult fois me suis arcbouté en pure perte et puis fait quelques glissades. Un tronc a bien failli rouler sur ma jambe, mais ce qui m’a le plus surpris c’est que ce convoyage fut moins dur qu’attendu. L’effort fut fun pour tout dire, il me restait un dernier voyage et l’énergie de procéder au centuple (environ).


The last but not the least, Tada !


Un dernier coup de collier et j’allais censément découvrir le gabarit de chez moi. Je pensais déjà profondeur du trou, cailloux, ciment, à deux bras de plus aussi…


A peine commencé de tracter le dernier tronc la canopée a laissé tomber un bon paquet de bois mort, au jugé trente mètres en devant, sans préavis comme c’est l’usage. Le coin s’anima de craquements. Parti en reconnaissance mais n’ayant rien vu de ce bois mort sur le sentier nouvellement dégagé je me suis demandé si j’avais le temps de passer avant qu’une branche ne tombe, la chose ne faisant pas le moindre doute.

Etrangement j’étais assez confiant de la voir tomber sur le côté, à cause du bois mort introuvable. Le Frakata a cette réputation non usurpée de céder d’un coup, une saloperie de bois dangereux, gorgé d’eau, même les charbonniers n’en veulent pas. Plus, c’est un arbre géant, donc la curiosité et l’envie de jouer de prudence m’ont finalement scotché. Et j’attends au pied de l’arbre… si si.


Deux trois minutes durant quoi tous les moustiques du quartier convergent sur moi. Après une nouvelle plainte sans suite, je sers le poing tel le sorcier M’buiti pointe du doigt, allez tombe !


Puis tout s’est accéléré, moi le nez en l’air les deux mains sur le tronc de l’arbre en souffrance, monumental, je ne vous dis pas pour le bruit ! « Si j’aurais su », la monstrueuse section de branche a terminé sa dégringolade juste à l’endroit où je me tenais.


Dans les dernières fractions de seconde de sa chute, je vous jure que je n’étais pas aux commandes de ma personne, cependant j’ai bougé, ou alors comme j’ai été heurté, cela explique le mouvement, mais alors j’aurais fatalement terminé en pulpe vu la taille de la branche, j’ai laissé échappé un « Ouah ». Je crois que c’était la bonne ponctuation pour ce moment époustouflant.


Le dernier poteau de miconia à mes pieds et que je peinais à tracter quelques minutes plus tôt a été projeté en arrière et en contrebas, c’est peut-être bien lui qui m’a battu…


La mega branche est tombée en long, pile sur mon chemin tout propre. Je ne me suis pas attardé et suis vite redescendu. Par expérience je sais que dans ces cas-là il faut prendre une douche de toute urgence.


Là j’ai un peu très mal sur deux côtes, ça n’est que musculaire mais quelle journée. Quand je pense que j’avais le temps de passer et que j’ai peut-être été blessé par excès de prudence. Mais quand je revois cette branche à terre, le sol a tremblé d’une force ; et ma position, quelle drôle d’idée ! J’augure que j’étais plus fatigué qu’il n’y paraissait, un Dolicrâne et ce fut lundi.


Mon voisin m’a dit, faut faire attention… D’un certain point de vue c’est que j’ai fait. Merci mon ange gardien.

Publicités
commentaires
  1. Fais gaffe tout de même !!!

  2. NOURATIN dit :

    Je me faisais un peu de souci pour vous. En fait j’aurais dû m’en faire beaucoup!
    Dites donc, vous vivez des aventures comme on n’en fait plus depuis la première
    moitié du siècle dernier. Sans parler du chikungunya. En somme vous justifiez,le
    statut de survivant, voire de miraculé…reposez vous un peu tout de même, la vie
    c’est bien aussi de la conserver.
    Bonne année, bonne santé, bonne installation. Et attention à la nature, c’est plein
    de pièges et ça ne nous aime pas.
    Amitiés.

    • djefbernier dit :

      je vais bientôt terminer mon abri et me mettre à l’élevage, la pêche de nuit et et et du bon légume sans additifs 😉 Merci. Avec tous les billets dont je n’ai plus le loisir de me délecter, je suis bien bien emmerdé 😉

  3. et alors ?… comment va Robinson Crusoë ??..
    vous faîtes la gueule ou bien ??!!!.. 😉
    vous ne passez plus trop par chez nous mais je suppose que votre projet exotique vous prend un temps considérable…
    en attendant, meilleurs voeux pour cette nouvelle année.
    bien à vous.

    • djefbernier dit :

      oui internet est un peu loin de mes hauteurs. J’habite encore chez la voisine et son électricité sort d’un groupe électrogène, elle sert (la méchante machine) à faire de la lumière et regarder de la merde à la télévision.
      Bientôt j’aurai terminé ce chez moi là et les occasions de billets super intéressants ne manqueront pas de pleuvoir. En ce moment les soirées c’est dodo.

Te gêne pas, si je réponds pas c'est qu'internet a cessé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s