Articles Tagués ‘alcool’


Les sessions d’assises sont l’occasion d’exfiltrer quelques dangers publics mais rarement de faire des exemples, notre justice d’Expatriés n’a que peu de moyens en regard de tout ce qui lui faudrait corriger pour un vivre bien et pour tout le monde. J’ai remarqué que vous n’avez pas remarqué cette nouvelle page de l’histoire justicielle de notre belle Polynésie, pas si grave les sessions se suivent et se ressemblent, mais vous lirez qu’il y a quelques petites variantes qui ne manquent pas de louer la diversité.

Voilà, le pauvre homme en a pris pour 23 ans et on nous précise dans cette mise à jour qui vient qu’il a arrêté de boire (de l’alcool… faut-il encore préciser que si t’arrêtes de boire et ben y paraîtrait que tu meurs). Tant mieux pour lui, ça doit lui faire beaucoup de bien là où il est (et en un sens) vu qu’en prison les bières sont hors de prix et que, grosse différence avec l’extérieur on ne sait pas trop quoi faire de son ivresse à part « se faire enfiler » ; pour la fumette, motus mais, de vous à moi, il se sait que comme c’est plus ou moins une manière de s’évader qui sauvegarde les apparences, que ça pousse comme du chiendent et que, bon, y’en a qui l’appellent bonbon et c’est un anti-dépresseur mondialement reconnu, par voie de conséquence c’est médical si fait que çà circule bien, mais pas encore tout à fait sur ordonnance. En prime ça facilite le travail des gardiens les détenus détendus. Cela dit je vais pas m’avancer à sourcer, ni me porter volontaire pour enquêter, c’est la rumeur dira-t-on et je m’en fais gratos le vil porteur. Voilà pour cette victime du dressage au noble art.


Ici vous avez vu qu’on fait tout pour ne pas trop se prendre pour de la crouille. On reste ouvert à tous les vents de la lecture durant qu’on en a encore le temps, l’humeur et la possibilité. On en a lu des trucs et je ne m’étonne donc presque pas de remarquer que l’article qui cartonne le plus par ici c’est « mais où est donc a moi(y) que chault ».


tumblr_m42pbyShFc1r83rhdo1_400D’un il nous manque à tous et on voudrait bien savoir, et de deux il est ultra court. Par contre il n’est pas marrant, la réponse ne s’y trouve pas. L’homme derrière ce verbe désuet mais à la conjugaison si facile à retenir est très probablement interné volontairement par quelque proche fatigué de se taper son ménage, voire tout aussi probablement carrément suicidé. Encore que je préfère rester dans le doute l’homme aura peut-être et tout simplement supprimé son blog volontairement comme on saute par une fenêtre après quelques grammes de gnôle en guise d’élan. Merde quand même, Yoananda est en passe de devenir mon bloggeur étoile, vraiment bien ses manières de renseigner. N’hésitez pas à le suivre, et tant pis pour les fôtes. A noter que les bonnes lectures s’additionnent…

yoananda.wordpress.com/2014/08/31/la-dynamique-de-groupe-en-tant-que-facteur-crisique/


Pour en revenir à l’article le plus consulté de Djefbernier je dois en remercier Raiponces, qui par ailleurs ne fait pas que se poser des questions et donne de sa personne pour éclairer les ténèbres de la normalité ambiante.


Bon dimanche, mais surtout bonne rentrée, enfin, c’est qu’on a failli attendre !


L’Âge de pierre a dû être un bon deal si l’on en croit les dernières découvertes anthropologiques. C’est la raison pour laquelle nous nous y sommes complus pendant plusieurs dizaines de milliers d’années, une période longue et heureuse, comparée aux 200 dernières années de notre cauchemar industriel.

 

Une terrible gueule de bois, La Machine-Travail-Planétaire, …. Si vous m’en croyez dans le dernier tiers de la chose les trois deals peuvent se lire indépendamment du reste. Du reste ce petit passage est vraiment méchant, vous me voyez ?

Chacun de nous est une partie de la Machine-Travail Planétaire, il est la Machine. Chacun de nous la représente face à l’autre. Que nous soyons sous-développés ou pas, salariés ou pas, artisans ou employés, nous servons ses desseins. Là où il n’y a pas d’industrie, elle produit des ouvriers potentiels à exporter dans les zones industrielles. L’Afrique a produit des esclaves pour l’Amérique, la Turquie des ouvriers pour l’Allemagne, le Pakistan pour le Koweit, le Ghana pour le Nigéria, le Maroc pour la France, le Mexique pour les USA. Les zones non touchées servent de décor au commerce touristique international: les Indiens dans leurs réserves, les Polynésiens, les habitants de Bali et les Aborigènes. Ceux qui cherchent à échapper à la Machine remplissent la fonction de pittoresques ‘outsiders’ (clochards, hippies, yogis). Aussi longtemps que la Machine existe, nous nous trouvons tous à l’intérieur. Elle a détruit ou mutilé presque toutes les sociétés traditionnelles ou alors elle les a conduites dans une situation défensive et démoralisante. Si tu cherches à te retirer dans une vallée lointaine (là) pour y vivre tranquillement du produit de tes cultures, tu seras toujours repéré par quelque collecteur d’impôt, agent de recrutement ou flic (et là …).


De là à penser que c’était mieux avant, y’a pas loin du fruit pourri à la distillation. Je suis arrivé à ce texte sur les ailes d’une promesse de bouquin Bolo’Bolo estampillé « pragmatopisme » autour d’un pdf qui en trace les idées forces, et pour une vie se préparant à l’après capitalisme, dans les années 80 (où qu’on voyait pas bien le virage de l’agroalimentaire et du plastique pour tous, et partout…)


M’enfin c’est de l’histoire, un peu longue apparemment.


5000 ans de civilisation et 200 ans de progrès industriel accéléré ne nous ont laissé qu’une terrible gueule de bois. L »économie’ est devenue un but en soi qui est en train de nous avaler. L’hôtel terrorise ses hôtes. Mais nous sommes à la fois l’hôtelier et les clients de cet hôtel. L’hôte et ses hôtes.

 

A noter que j’y ai retrouvé cette idée de fixation dans le présent « nous sommes englués dans » qui m’avait bien plue dans la magistrale démonstration de la belle époque que nous vivons chez « les nouvelles du futur » : son fatal et original Captalisme qui fait braire…

 

 […]la question de la musique amplifiée, qu’elle le soit en concert, en discothèque ou par le truchement de baladeurs, nécessite un examen particulier au regard des risques sanitaires qu’elle représente. LOOOOL

10314457_1387659564851513_5231999586542466518_n

Un pauvre gosse parmi tant d’autres


Les expositions sonores les plus délétères en termes de santé publique (% de sujets exposés) et de pertes de sensibilité auditive statistiquement significatives sont les concerts de groupes, les discothèques et les baladeurs.

De bons chiffres en début de lien, datants de 2003.

Arrêtez moi si je me trompe c’était avant l’obligatoire folie des oreilles d’idiot et autres boumboum portatifs.

Dix ans plus tard il est doublement heureux que nous ne sachions plus vraiment compter, et que tout le monde ait mieux à faire que se préoccuper de ce genre d’intellectualités, regarde maman que je te prenne en photo.

Et inutile aussi d’aller lui demander pourquoi faire toutes ces photos, la pognasse fait ce qu’elle veut c’est à elle !

Pour ce qui est des regroupements et de la « musique » à donf au point que même les plus cons ont compris qu’il est inutile d’essayer de se causer les uns les autres, alors là des questions se posent mais comme c’est bizarre elles fâchent.

Il faudrait donc aller voir le DJ, probablement sourd comme un pot et alors que la nuisance est opérante, sponsorisée, il est planqué dans l’angle mort de ses ampli du diable à écouter son son avec un ou deux skeuds d’avance. Il faudrait se planter à quelques mètres de son estrade, devant lui, là où la nuisance est à son max, lui faire des grands mouvements de bras de type mayday, longtemps qu’il lève enfin la tête, là t’as l’air d’un échappé de l’asile, et puis gueuler comme un possédé quand il a enfin compris, étrange retournement de situation, que tu en veux à ses oreilles, mais pas que :

hé t’as peur qu’on entende pas ta musique ou quoi ? Lâche-nous les oreilles, t’es obligé de nous arroser ou tu peux baisser le son ?!!

Autant vous dire que je lis ce qui suit, obligation professionnelle…

N° 3592 – Rapport d’information de MM. Philippe Meunier et Christophe Bouillon déposé en application de l’article 145 du règlement, par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, en conclusion des travaux d’une mission d’information sur les nuisances sonores.

Ne serait-ce que pour les poissons et la mer, merde, quand même !

La picole sur pirogue de loisir c’est fini, et c’est pas trop tôt !!

Les seuls à ne pas s’en plaindre, c’étaient les proprios et les picoleurs, pour le reste c’était pour ainsi dire l’indifférence et l’aller ailleurs… Les riverains bien sûr sont contents, les sources de nuisances ne feront que se déplacer quoiqu’il en soit. Les proprios de ces « bars » flottants forcément un peu moins, attendons un peu ils vont pleurer à la radio, à la télé, sur internet aussi que je puisse copier coller…

Mais que s’est-il donc passé ? En gros un mort si mes souvenirs sont bons, faudrait vérifier. Et puis nouvelle neuve, apothéose en bagarre générale… Je vous dis çà j’y étais pas. Pirogues de loisirs, tu parles Charles !

Suite aux nouveaux incidents particulièrement graves qui se sont déroulés le week-end dernier sur le banc de sable de Punaauia, et qui ont finis en bagarre générale, mettant à nouveau en cause les pirogues de loisirs, et qui viennent s’ajouter aux accidents et incidents multiples de ces derniers mois, le gouvernement de la Polynésie française, à la suite d’une communication faite en conseil des ministres par le ministre de l’Equipement Albert SOLIA, a décidé de mettre temporairement fin à cette activité. La décision a été signifiée aux propriétaires de pirogue par les autorités portuaires compétentes.

J’ai parcouru la dépêche, c’est d’un niveau les réactions… Unanimes sur le fait que c’est l’alcool le souci. La perle, de mémoire, un propos de journaliste : Le Tahitien ne sait pas boire, quand il boit il fait n’importe quoi… Si c’est pas mignon!!!! Je préfère ne pas commenter… M’enfin c’est pas la première fois qu’on m’explique çà, alors c’est dur de se retenir.

Certains sont contents de savoir que les bouteilles et autre cannettes vont arrêter de s’amonceller sur le site. LA palme pour celui qui se désole que ça ferme vu qu’il n’y a vraiment rien à faire à Tahiti !!! La palme de l’abruti terminal, c’est un peu comme partout sauf que là c’est une île…

Au rayon proprios y’a de quoi dire sur ces exploiteurs de misère qui se demandent tout haut qui va payer leurs emprunts, et où vont désormais travailler leurs esclaves… Mais j’ai pas le temps, dommage.

Votre serviteur sait très bien que c’est l’alcool qui fait tourner tout ce beau monde au boulot. Il n’y a pas besoin de convoquer Polichinelle ou de faire une blague avec le goulot… Voyez ce billet de l’amiral qui a shooté un super com à peine trollesque, une avalanche de bouteilles en commentaires

Alors que le président d’un machin qui ne sert à rien passe son temps à picoler ou à attendre de retourner picoler, ça ne me cause pas de gêne, à l’inverse de Cameron, qui en bon anglais a lui un problème avec l’alcool. Sinon il ne ferait pas tout un plat des addictions de ses ptits camarades.

Et si je vous en parle c’est que ce bon Jovanovic s’y attarde, et se marre ; sûr que lui non plus n’a pas de problème… Ensuite je vous le donne en mille, les français font leurs courses de bouffe à crédit, ça fleure bon les vacances, plages bondées, bouchons, maisons vides, flics en patrouille et farniente.

Allez vous savez où sa revue de presse se trouve je vous ai pioché un lien au hasard, mais sur n’importe quel moteur vous tapez Juncker alcoolique et ça le fait…

A la vôtre !

L’essentiel Online – «Je n ai pas de problème d alcool» – Luxembourg.